Bureau d’information touristique

 

Bureau d'information touristique de Sainte-Agathe-des-Monts

24, rue Saint-Paul Est 819 326-0457 ou 1-888-326-0457 Ouvert tous les jours de 9h à 18h. Fermé le 25 décembre et 1er janvier.
image
La petite histoire de la gare de Sainte-Agathe Le train arrive à Sainte-Agathe-des-Monts en 1892. La première structure d'accueil se limite vraisemblablement à un simple abri érigé dans la vallée en marge du petit noyau villageois occupant la colline. La gare actuelle est érigée en 1902, sur la rue Demontigny, d'après le plan standard dit de « gare normale No 1 sans habitation » du CP. Il s'agit du premier exemple d'un modèle de gare repris et adapté par la suite quelques fois par la compagnie. Puisant des éléments à l'architecture du courant pittoresque, qui transforme l'architecture ferroviaire au tournant du XXe siècle, le bâtiment rectangulaire en bois comporte une salle d'attente vitrée arrondie au toit conique, un toit à croupes, des avant-toits débordants, des consoles en bois ainsi qu'une baie en saillie correspondant au bureau du chef de gare. La gare est déplacée à son emplacement actuel puis agrandie en 1913. Un nouveau corps de logis rectangulaire d'un étage et demi au toit à deux versants est intégré à l'édifice original. Un espace de restauration est aménagé au rez-de-chaussée et un dortoir pour le personnel de la compagnie occupe l'étage. Une salle de bagages, logée dans un bâtiment distinct, est aménagée à cette époque sur le site ferroviaire. Cette structure secondaire ainsi que d'autres ont disparu depuis, tout comme la lucarne qui surmontait la baie en saillie de la gare. L'arrivée du chemin de fer à Sainte-Agathe-des-Monts met fin à son isolement et contribue à la transformation de son paysage. En plus de favoriser l'industrie du bois et le tourisme, le lien ferroviaire permet à la localité, réputée pour la salubrité de son air, de devenir un haut lieu du traitement de la tuberculose par l'établissement de sanatoriums accessibles quotidiennement à partir de Montréal. Plusieurs nouveaux résidents fortunés acquièrent des propriétés et érigent des demeures cossues toujours visibles dans le paysage bâti agathois. La gare devient dès les années 1920 le lieu d'arrivée des trains spéciaux du CP qui amènent les skieurs dans la région. C'est l'âge d'or du lien ferroviaire qui prend alors le nom populaire de « P'tit train du Nord ». L'amélioration des liens routiers, notamment la construction de l'autoroute du Nord dans les années 1960, entraîne une diminution des activités ferroviaires sur la ligne Montréal-Mont-Laurier. Interrompu en 1960, le service reprend en 1978, mais l'exploitation du chemin de fer est définitivement abandonnée en 1981 pour les passagers et en 1989 pour le transport de marchandises. Les rails sont démantelés 1991. En 1994, elle est désignée gare ferroviaire patrimoniale par le gouvernement du Canada. Le gouvernement du Québec achète l'ancienne emprise ferroviaire entre Saint-Jérôme et Mont-Laurier la même année afin de créer le corridor récréotouristique du P'tit Train du Nord, officiellement inauguré en 1996. L'ancienne gare est restaurée à cette occasion, et elle devient un lieu d'accueil des visiteurs et des utilisateurs de la piste cyclable. Un bureau d'information touristique ainsi que les locaux de la chambre de commerce de la municipalité y sont aménagés. Un petit musée d'histoire locale est inauguré sur les lieux en 2005. Le 14 octobre 2008, la gare a été gravement endommagée par un incendie. Elle a été restaurée par la suite. Elle retrouve les visiteurs le 28 juin 2010.